Trois principes pour la vaccination Covid-19 : Gratuité, Liberté et Sécurité

La vaccination est gratuite pour tous !

Personne ne doit renoncer à se faire vacciner pour des raisons financières.

Elle n'est pas obligatoire et repose sur une décision partagée entre le patient et son médecin.
La sécurité est également un enjeu essentiel. La vaccination se fait dans le strict respect de toutes les règles qui encadrent l’utilisation des produits de santé en France. Sur signalement-sante.gouv.fr, chacun, professionnels de santé ou personnes vaccinées, peut signaler tout effet indésirable à la suite d’une vaccination.

Pourquoi se faire vacciner contre la Covid-19 ?

Le premier objectif de la vaccination est de diminuer le nombre de formes graves de Covid-19. Les résultats des études des candidats vaccins montrent que la vaccination permet de réduire significativement les formes graves et par conséquent la mortalité due au virus.
Couplé avec les mesures barrières, le vaccin contre la Covid-19 contribuera à maîtriser l’impact de l’épidémie de la Covid-19 sur le long terme.

Qui sera vacciné contre la Covid-19 et quand ?

Le déploiement de la vaccination se fait progressivement avec une priorité donnée depuis le 27 décembre 2020 et tout au long du mois de janvier 2021 aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie. Il s'agit :

  • Des professionnels des secteurs de la santé et du médico-social, des pompiers et des aides à domicile âgés de 50 ans et plus et/ou présentant des comorbidités ( obésité, insuffisance respiratoire, hypertension artérielle compliquée, diabète...) depuis le 4 janvier 2021 ;
  • Des personnes âgées en établissements : établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), unités de soins de longue durée (USLD), résidences autonomie, résidences services seniors;
  • Des personnels qui travaillent dans ces établissements lorsqu'ils sont à risque de développer une forme grave de la Covid-19;
  • Des personnes handicapées hébergées dans des établissements spécialisés et leurs personnels âgés de 50 ans et plus et/ou présentant des comorbidités ;

L'objectif est de vacciner 1 million de personnes d'ici fin janvier.