Vert Demain : Objectif zéro phyto

Notre commune s’est engagée dans la charte d’accompagnement du Languedoc Roussillon « Objectif zéro phyto dans nos villes et nos villages » en juillet 2016. Elle est accompagnée dans cette démarche par le Syndicat mixte du bassin de Thau.

La phase de diagnostic a permis d’identifier les principaux points forts et les marges d’amélioration possibles au niveau des pratiques phytosanitaires et horticoles.

Principaux éléments du rapport de diagnostic.

Le service espace vert de la ville est constitué de 5 agents.
Inventaire des espaces verts et de la voirie urbaine : 31,8 km de voirie urbaine, 21,8 km de chemins, 58 espaces verts représentant 9,16 Ha avec 1680 m linéaires de haies et 91 jardinières. L’inventaire n’est pas complet et n’englobe pas certains espaces verts de lotissements. La surface totale est probablement plus de l’ordre de 10 à 10,5 ha.

Les pratiques phytosanitaires :

Les agents ont pris conscience de la dangerosité des pesticides. Le passage du « Certiphyto » en 2014 a renforcé leur sensibilisation à la problématique. La ville n’emploie plus de produits phytosanitaires pour le désherbage sauf au cimetière ou un agent est affecté à plein temps.
La fauche des bords de chemins est réalisée par une société privée à l’aide d’une épareuse.

Les nouvelles pratiques et problématiques :

Depuis quelques années le service espaces verts s’oriente vers des pratiques d’entretien plus durables. Le paillage tend à se généraliser, et le choix végétal se tourne vers une gamme méditerranéenne ce qui limite les arrosages.
La maîtrise des adventices (mauvaises herbes) sans recours aux produits phytosanitaires est un enjeu de taille dans le cadre de l’entretien communal.
Les pratiques préventives permettent de réduire la pousse des plantes adventives pour limiter les interventions toujours plus coûteuses. Les espaces de ruptures en voirie (pieds de murs, jointure avec le trottoir) sont autant d’interstices propices à la pousse des adventices. Le désherbage de ce type de surface est majoritairement géré en curatif à l’appui de matériel spécifique ou manuellement.

espace_vert_2.jpg

Le matériel :

Subventionnée par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, la commune s’est équipée ou va s’équiper de matériels spécifiques.

Réciprocator électrique : c’est un outil mécanique porté palliant aux manques du rotofil. Il sera utilisé dans l’hyper-centre. Les lames réciproques pour désherber ou couper l’herbe sont adaptées aux ruelles étroites et surtout évitent les projections sur les voitures en stationnement. L’outil à batterie électrique produit moins de bruit.

Balayeuse de voirie : Outre la propreté des voiries, l’engin équipé d’une brosse métallique nylon ou mixte grâce à un passage régulier élimine le substrat et les graines présents dans les caniveaux ou les bords de chaussée ainsi que les petites plantes qui s’y seraient développées. Un bras mobile monté sur une crémaillère permet de passe plus facilement à certains endroits exigus.

Les Bonnes pratiques :

Dans la nature, la faune et la flore sont bien armées pour vivre. Aussi bien les plantes que les insectes agissent les uns sur les autres. C’est l’équilibre biologique. Il faut recréer cette harmonie dans vos jardins.
Avant tout pour créer de la biodiversité, il faut laisser se rétablir l’équilibre, ne plus apporter ni d’engrais ni de pesticides.

Un peu de tolérance ! Pourquoi passer autant de temps à se débarrasser des « mauvaises herbes » ? Finalement ces plantes ne sont pas aussi mauvaises, acceptons les adventices dans notre jardin.

J’anticipe la venue des « mauvaises herbes » grâce au paillage.
Avantages : il empêche la pousse des « mauvaises herbes » mais limite l’évapotranspiration en gardant le sol humide.

Paillages minéraux : pouzzolane, gravier galets…

Paillages organiques : écorces de pin, copeaux de bois, fibres naturelles…

Paillage vivant : plantes couvre-sol.

News Category