Le concert de United Strings Of Europe à Gigean

United String of Europe a offert un concert exceptionnel pour la clôture de l’exposition “Secrets Symphoniques” de Stéphanie Grousset-Charrière le mercredi 25 octobre à la salle polyculturelle de Gigean.
Basé à Londres, l’ensemble à cordes United Strings of Europe (USE) est composé de jeunes musiciens professionnels ressortissant de l’union européenne et de la Suisse avec comme objectif de promouvoir la coopération musicale et culturelle au plus haut niveau artistique. Sous la direction de leur chef principal, Franck Fontcouberte et du violon solo genevois Julian Azkoul, USE cultive depuis 2012 de nombreux projets musicaux et éducatif en France, au Royaume-Uni et en Suisse, l’ensemble est depuis cinq ans en résidence annuelle à Sète dans le cadre du festival « MusicaSète ».

Les auditeurs, venus nombreux, ont eu le plaisir d’entendre une programmation variée avec des sonorités traditionnelles telles que Bartok ou Benjamin Britten.

Détail de la programmation
Musica notturna delle strade di Madrid de Luigi Boccherini
Concerto pour 2 violons de Malcom Arnold
Symphonie de chambre de Dimitri Chostakovich - 2° mouvement
Variations sur un thème de Frank Bridge de Benjamin Britten
Danses roumaines de Bartok

Composition de l’orchestre
Julian Azkoul, violon solo, Ariel Lang, Tamara Elias (violon I)
Kirsty Lovie, Théodor Küng,Laura Senior (violon II)
Christine Anderson, Virginia Slater (alto)
Alexandre Rolton, Raphael Lang (violoncelle)
Régina Udod (contrebasse)

Direction musicale
Matthieu Ane, Guillemette Daboval, Quentin Molto, Dorothée Oudino-Fontcouberte, Kevin Biernat, Don-Jun Kim, Audrey Saint-Gil et Franck Fontcouberte, Directeur de l’Académie de direction d’orchestre.

Le concert du USE était le point d’orgue de l’exposition de de Stéphanie Grousset -Charrière, sociologue, écrivain et artiste peintre originaire de Bordeaux. Tous ses travaux convergent vers un même thème : le secret. Ils recouvrent toujours plusieurs sens : un premier sens facilement accessible à première vue, puis un deuxième sens, caché, dissimulé dans ses toiles où se glissent des mots, des phrases, parfois des pages de romans, des portées musicales… C’est cette pluralité de lecture des toiles qui en fait le « polysémisme ».

Vidéo réalisée par Michel Campion

News Category