Découvrir / Notre histoire et notre patrimoine

 

 

 

 

Saint Genès

Saint Geniès

 

 

 

 

Ruines

Ruines

Un lieu de rencontre et de partage

Gigean a toujours été une terre d'accueil et la commune a su s'enrichir de sa diversité tout au long de son histoire.

Le territoire de Gigean a été habité dès la préhistoire, comme en témoigne les vestiges découverts sur le massif de la Gardiole ou à proximité (stations d'habitat, grottes sépulcrales, menhir de Peyre-Plantade...).

Ont également été découverts de nombreux témoignages des périodes protohistorique et pré-romaine, laissés par les populations vivant sur place avant l'arrivée des Romains (indigènes, Ibères, Ligures, Phocéens, Volques...).


C'est à la période romaine que des « villas » s'élèvent, dont la « Villa Paterna », noyau présumé du village de « Gigeanum », domaine de Gigius. La romanisation s'est manifestée par une forte urbanisation, une organisation des campagnes et le développement des voies de circulation (notamment la Via Domitia située sur la commune de Montbazin).

 

Du XIème siècle au XIIIème siècle,

Gigean a connu une période propice à son développement, au cours de laquelle furent notamment édifiées l'église Saint Géniès (située rue de la vieille église et aménagée en salle polyculturelle) et l'abbaye Saint Félix de Montceau, qui domine la ville sur le massif de la Gardiole.

Saint Felix


Le centre historique, enceint dans son rempart circulaire, s'est progressivement agrandi, notamment aux abords des axes principaux de circulation, constitués par le « Grand Chemin » (avenues de Montpellier et de Béziers) et les « Chemins de Poussan et de Montbazin » (avenue de Poussan et avenue de la Gare).

Jusqu'à la deuxième moitié du siècle dernier, Gigean était un village principalement consacré aux activités viticoles. Il a connu progressivement, comme de nombreuses communes de l'Hérault, une diversification de ses activités économiques. La commune a su ainsi intégrer les évolutions de la société moderne.

° Sources historiques: les ouvrages du docteur Louis ANDRE, de l'association de sauvegarde de la Chapelle des Pénitents et de l'association de sauvegarde de l'Abbaye Saint Félix de Montceau.

S'abonner à la newsletter
newsletter