Aménager / Travaux

 

La façade du Studium

 

 

Réunion de chantier du 19 mai 2014 mur d’étaiement de la voûte côté garage rue de la Chapelle (M. Chabaud SOCOTEC et M. Laforgue).

Les travaux de consolidation du Studium

 

Le « studium » porte deux noms qui renvoient chacun à une période de l’histoire :

• Le studium renvoie au seul studium régional voulu par le pape urbain V dit le   Bienheureux, (collège) au XIV s, dans le cadre d’un programme humaniste d’enseignement.
« Le collège pontifical de Gigean est construit vers 1364/65, période de répit succédant aux premiers désastres de la guerre de cent ans. Ce studium est une sorte d'université rurale, une annexe en quelque sorte, qui doit servir de vivier à l’université de Montpellier. Des maitres dispensent un enseignement varié à tous ceux qui veulent le recevoir... A condition, néanmoins, d’appartenir au minimum à la bourgeoisie ! » (Véronique Lecigne blog Clair de plume, lire la suite)
 

• L’Evescat renvoie à la transformation de l’édifice en un palais du représentant (bayle) de l’évêque (XVII s).

La Commune a lancé les travaux de confortation de ce bâtiment en mai 2014. Il s’agit de stabiliser le bâtiment par une opération de consolidation pure mais provisoire et réversible. En effet, avant d’envisager une réfection définitive, il faut revenir sur un ensemble de travaux qui ont été réalisés postérieurement à la construction du bâtiment : détruire le béton armé, redonner la cohérence aux murs périphériques, désactiver la poussée de la voûte voire déconstruire celle-ci, rouvrir les fenêtres, retrouver les planchers bois, etc.
La réalisation de ces murs d’étaiement va permettre de soulager la voûte des mouvements latéraux : il n’y aura plus de poussée que du haut vers le bas. On « libère » les tensions du bâtiment.

Les travaux sous maîtrise d’ouvrage communale sont subventionnés par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) Languedoc Roussillon. Ils vont durer jusque fin août.
Ils sont réalisés sous la maîtrise d’œuvre de Jean Laforgue, architecte du Patrimoine (Sète) , confiés à la SARL Conti et seront réalisés avec le contrôle technique de la SOCOTEC.

Coût total : 38 501 euros HT, avec une subvention DRAC de 10 400,25 euros.

 

M. Laforgue 1er plan à gauche, arrière-plan le fameux Patrick Mercier (DST), M. Conti (SARL Conti titulaire du marché), M. le Maire Francis Veaute et une stagiaire de l’architecte.

 

S'abonner à la newsletter
newsletter